Mon bonheur imprévu

Aujourd’hui je peux dire que je suis fière d’être maman mais ce petit bonhomme de bientôt 5 mois ne devait pas arriver si tôt dans ma vie.

En 2013, j’ai rencontré un homme extraordinaire : à l’époque j’avais 17ans et lui 23ans, moi étudiante et lui cuisinier. Nous avons décider de partager un bout de chemin ensemble; après des fiançailles en 2014, nous avons abordé quelques fois le sujet d’avoir un enfant mais nous souhaitions patienter encore quelques temps, que notre relation soit vraiment stable, mais surtout, que j’ai un travail. Je souhaitais être infirmière.

Etant atteinte d’une maladie de la thyroide et aprés avoir perdu 17Kg sous implant contraceptif je l’ai fait retirer en Novembre 2015. Nous nous protégions alors avec des spermicides délivrés en pharmacie; jusque ici nous n’avions aucun soucis..

 

Aux alentours du 20 Avril 2016, des douleurs abdominales me prennent, surtout le soir. Après 1 semaine à ne plus tenir j’ai enfin décidé de consulter mon médecin, le 25 Avril, qui me dit alors d’un ton plutôt convaincu : « je t’envoie faire une prise de sang BetaHCG ».

Voilà que le résultat tombe, le 26 Avril. Cette voix résonne encore dans ma tête :

« Félicitation, vous êtes enceinte de 3 à 5 Semaines »..

J’ai alors raccroché le téléphone, en larme. J’ai patienté 5 min et j’ai rappelé le laboratoire pour demander à nouveau les résultats de la prise de sang. La secrétaire a sûrement dû me prendre pour une folle; en tout cas la réponse était sans appel : j’étais bien enceinte.

J’étais sous le choc, je suis alors parti rejoindre mon conjoint qui fesait son sport et je lui est annoncé en pleurs: « je suis enceinte », sans aucune émotion apparente SAUF de la peur, nous n’étions pas prêt a cette nouvelle.

J’avais alors 20ans et papa 26ans. Nous ne savions pas ce que nous souhaitions faire, le garder ou alors avorter… Le choix me revenais car le futur papa était déjà tout heureux. Cette décision était difficile car je venais d’apprendre que j’avais réussi, après 2 ans à trimer, le concours pour entrer dans une école d’infirmière. Je suis donc allée (seule, car papa au travail) faire une écho’, j’étais a 8Sa. Lorsque j’ai entendu les battements de son cœur je savais que je l’aimais déjà et qu’il m’était impossible de lui faire du mal. En sortant j’ai appeler mon conjoint et je lui est dit « tu va devenir papa ». Il étais a ce moment là, le plus heureux des hommes.

 

A 20 ans, ça n’a pas été toujours facile de faire accepter cette grossesse. En ce qui concerne mon père, il était vraiment tres heureux ainsi que ma belle mère mais, ma mère et son mari m’ont dit les pires horreurs que j’avais entendu jusque là. J’ai quand même décidé de ne pas être rancunière, je suis passée sur leurs comportements tout en n’oubliant rien. J’ai choisi de faire passer mon couple et mon enfant avant tout.

Maman à 21ans : cela a aussi fait fuire les “amis” seuls 1 ou 2 prennents encore des nouvelles mais, tous cela est passé en second plan le jour ou j’ai fait la rencontre de mon fils, ma plus belle merveille. Tous ça pour dire que peut importe l’âge et la situation que j’avais, je savais que je pouvais compter sur le papa, que garder cette enfant était la plus belle chose qui pouvait nous arriver.

 

Nous avons aimé cette grossesse, avons eu très peur lorsque petit bout a voulu sortir à 33sa+5 et, aujourd’hui, on ne regrette rien !

La maternité m’as fait grandir, je me sens femme et bien dans ma vie, j’ai ouvert les yeux sur mon projet professionnel qui ne me correspondait pas. Je suis aujourd’hui maman aux foyer en reconversion professionnelle.

Notre demi-tahitien est né a 40+2sa le 26 Décembre 2016,un beau bébé de 53cm et 3Kg320, pour notre plus grand bonheur.

Nous souhaitons maintenant agrandir la famille mais cette fois ci nous aimerions avoir un bonheur “prévu”.

 

Marlène, 21 ans, maman d’un petit garçon depuis 5 mois.

Leave a Reply

*