La motricité libre (dite ML)

Durant les 4 premiers mois de Lou, je m’en occupais seule, à la maison. C’était un bébé koala : qui ne voulait jamais lâcher mes bras ! Impossible de la poser trop longtemps (ou même un chouia) sans qu’elle ne commence à chouiner. Au bout de quelques temps, j’ai réussi à la faire rester dans son transat 15min pour pouvoir enfin prendre une douche décente ! Un exploit. Mais je tournais en rond; sans temps pour moi, toujours le même environnement, dans un appart’ de 38m2, pour seules sorties le Monoprix, la boulangerie, et – heureusement – le bois en face. Les journées se faisaient longues et j’attendais impatiemment que le Papa rentre tous les soirs… J’étais épuisée; j’allaitais et ne prenais pas le temps de manger correctement (je grignotais sur le pouce). Heureusement, nous allions bientôt avoir un appel qui me réjouissais au plus haut point…

 

    

 

Comme un cadeau tombé du ciel, une place en crèche se libéra pour nous : un petit avait déménagé et nous étions les suivants sur la liste d’attente ! Hallelouia ! Dans la foulée, j’ai trouvé un job dans mon domaine en un rien de temps (oui car priorité aux mamans qui bossent et pas de crèche pour celles au chômage ! Le serpent qui se mord la queue si tout ne tombe pas au même moment…) !

J’ai été ravie de la façon de penser bienveillante de cet établissement : “on ne laisse pas bébé pleurer”, “bébé a besoin d’être rassuré”… et surtout, l’espace était agencé de telle façon à ce que les bébés puissent être posés à terre et faire leur petite vie tranquille comme bon leur semblait ! Des tapis de sols, aucun danger, des jouets éparpillés par terre, des structures à grimper, des barrières de sécurité pour séparer le coin à langer du coin pour jouer et de celui pour manger… J’en ai été très rassurée ! Après 2 semaines d’introduction (au lieu d’une), Lou était même enjouée d’y aller et on sentait qu’elle le demandait même ! Maman au bord du burn out sauvée et bébé épanoui, que demander de mieux ?

 

Sans le savoir, nous expérimentions la motricité libre.

 

“Les premiers mois, le nourrisson a besoin d’être entouré physiquement pour se constituer une sécurité affective. Cette sécurité de base acquise, l’enfant va pouvoir ensuite s’exprimer par sa motricité. Et il est fondamental de lui permettre, dans cette période cruciale, d’être libre de ses mouvements : le laisser bouger, explorer l’espace, saisir des objets, les relâcher, sentir les formes, les textures… «Grâce à l’activité spontanée, l’enfant devient acteur de son développement, souligne Monique Busquet psychomotricienne, formatrice au Conseil départemental de Seine Saint-Denis. Il peut tester les limites de son corps et expérimenter de nouvelles positions librement.» En répétant les exercices, l’enfant se prépare ainsi tout seul aux différentes acquisitions. Il progresse à son rythme sans qu’on ait besoin de devancer ses besoins.” La motricité libre, qu’est ce que c’est ? – Les pros de la petite enfance

 

 

Lou devenait peu à peu plus autonome, elle avait acquit une certaine confiance en elle, aussi par le fait que j’étais là pour elle quand elle en ressentait le besoin et, de sa sociabilisation.  J’investissais alors dans un tapis avec arche de jeu et quelques peluches hochets qui pendouillaient, sur lequel je la posais sur le dos. Elle aimait attraper les petites giraffes et éléphants (l’une faisait des bruits de grelots et l’autre de papier que l’on froisse). Elle commençait à tout découvrir…

En motricité libre, il est conseillé de lui proposer des jeux avec différentes textures posés à côté de lui pour éveiller ses sens et l’inciter à aller les chercher de lui même.

 

 

Le but est de laisser l’enfant faire ses acquisitions de façon autonome et surtout ne pas le contraindre à une position dans laquelle il ne sait pas se mettre tout seul. « Un enfant n’est jamais mis dans une situation dont il n’a pas encore acquis le contrôle par lui-même», disait Emmi Pikler.

 

 

L’adulte, lui, se contente d’observer. L’enfant va être fier et confiant de se sentir soutenu par son regard. Il faut bien entendu un environnement adapté à l’enfant, pour ne pas restreindre sa curiosité (pas de fils électriques, d’objets risquant de tomber, etc.). Ce que nous avons tout de suite fait dans la chambre/salle de jeux des filles dès que nous avons déménagé ! Même si Lou ne nous a jamais fait de bêtises (quand je vois les enfants des autres, je me dis que nous avons bien de la chance ! Pourtant ce ne sont pas forcément des petits monstres…!); elle est très curieuse mais reste prudente et, nous écoute quand nous lui expliquons les dangers, ce, depuis toute petite (parfois, je suis impressionnée) !

 

 

En l’espace de quelques temps, elle a fait des progrès énorme. Certainement boostés par ses camarades de crèches, tous plus âgés qu’elle.

 

Je rangeais ses jouets dans un coffre à jouets qu’elle utilisais pour se cramponner; elle adorait en sortir des trouvailles et les re-ranger après !

Elle a toujours eu ses jouets préférés (je vous en parle dans un prochain article).

Pratiquer la motricité libre au quotidien, c’est aussi demander à l’enfant une coopération active aux gestes nécessaires pour les soins. C’est à dire utiliser ses gestes spontanés pour l’habiller, lui demander d’avancer sa main pour enfiler son vêtement ou bien de lever ses jambes pour le change, et attendre son mouvement.

Pour ma part, quand je la change, pour éviter qu’elle ne s’agace (quand elle marchera je pourrai plus facilement la changer debout) je lui demande de participer en lui laissant tenir la crème de change par exemple et, je lui demande “assistante, la crème svp !” ce qui la fait beaucoup rire !

Toujours apprendre par le jeu, le ludique et, vous éviterez les cris et les pleurs ! En plus, c’est bénéfique pour l’enfant 🙂

 

Vous l’aurez compris, laisser la liberté à son enfant favorise son autonomie, sa curiosité, son éveil… Alors, pourquoi se priver ! 

Comments · 2

  1. Woua super ! Très intéressant ! Je suis actuellement en étude pour travailler dans la petite enfance alors ce premier article que je lis m’est déjà très utile ! Et j’adore les photos 🙂

Leave a Reply

*