L’arrivée de petit Jude

  • Un moment que je redoutais. L’accouchement et le post accouchement; cette periode de mi clos avec le bébé, où on se coupe du monde, tourne en rond, ne dort plus non pas par insomnies ou parce qu’on l’a voulu mais parce qu’on se fait reveiller toutes les 2h, où l’on souffre en même temps le martyr dû à la boucherie de l’accouchement en lui même, où il faut tout gérer seule car chéri lui, ne le vit pas de l’intérieur, et j’en passe…

 

Les souvenirs de mon premier accouchement refaisaient parfois surface comme des flash me rappelant que je n’y échapperais pas; pire encore, cette fois, il faudra courir en plus : c’était déjà difficile avec un bébé, ça ne pouvait qu’être pire avec deux. (Lire mon article : “Le Cap des 3 Mois”)

 

Le travail avait commencé, je n’étais pas prête du tout ! Bien sûr, elle était attendue, mais il me restait encore quelques cartons de déménagement à ranger, quelques affaires à trier… Surtour, je ne voulais pas souffrir comme ça ! Pas aussi rapidement ! Il paraît qu’on oublie, seulement, avec 13 mois d’intervalle, j’n’avais pas eu l’temps d’oublier, moi !

Après 12h de contractions qui me cisaillaient le ventre, j’n’en pouvais plus. “Lou etait sortie à cette heure ci!” Moi qui pensais que le 2ème arrivait plus rapidement ! C’est qu’elle se faisait désirer la petite ! Alors ni une ni deux, j’emploierai les grand moyens… Une tisane de framboisier bue pour accélérer le travail et le cousin de chéri, ostéo, qui etait en route pour la maison, dans le même but bien sûr, à ma demande.

Même pas une heure après, bim ! Nous étions passés du tout au tout! Coup dans le ventre de la part de bébé, perte des eaux et contractions très douloureuses…toutes les 30 secondes !!! J’étais pliée en deux. Quelqu’un m’avait entendue…!

Heureusement, Mat’ est arrivé à ce moment là et mon mari avait ramené la voiture. Ils m’ont portée tant bien que mal jusqu’à elle et nous sommes arrivés à la clinique en moins de deux !

Hop péri direct et re péri car pas assez dosée. Je ne sentais plus mes jambes mais c’en était fini de la douleur; tout ce qui m’importait à cet instant précis.

Jude est arrivée en deux poussées. Avant même que l’obstétricien n’arrive on y voyait ses cheveux ! “Votre bébé veut venir, c’est votre corps qui n’est pas encore prêt; une fois le col dilaté ce sera bon”. Puissance de l’esprit ?

J’étais tellement tendue que j’en tremblais. J’ai fait une montée de fievre et j’ai poussée tellement fort que l’obstétricien m’a dit “STOP! STOP STOP! QUAND JE DIS STOP MADAME ‘FAUT ARRETER!” Heu…ok, je voulais juste en finir moi! Je pense que c’est à ce moment là que je me suis causée la déchirure…!

 

Alors, verdict ?

 

J’avais oublié que de rencontrer cette petite bouille tout droit sortie de chacun de nous (et surtout de mon ventre) procurait un tel bonheur.

Il s’avère que Mademoiselle mange (boit) très bien et DORT (hallelouia, j’ai prié toute ma grossesse pour ça!) très bien ! Elle est re nature calme, tout comme sa soeur, mais est plus autonome, moins bébé koala. Du coup, je vis ! Je peux faire des choses de ma journée en plus de m’occuper d’elle ! On dirait que quelqu’un a eu pitié de nous, là haut !

Avec l’expérience en plus, je ne m’oublie pas. Une maison plus grande, un mari aidant… Je profite du beau temps pour sortir tous les jours (conseils du pediatre lorsque je déprimais lors de mon premier post accouchement), j’ai toujours trop de choses à faire (rangement, ménage, paperasse, courses…) et les journées passent à une vitesse folle (contrairement à l’année derniere où je regardais ma montee en attendant que le Papa rentre) ! Je programme une sieste par hour sinon je suis KO. Généralement le matin et si possible une l’âpre’m, calée sur le rythme de bébé : “quand bébé dort, tu dors”. Phrase magique à toujours garder en tête, surtout quand on allaite (énergie beaucouo puisée).

L’arrivée de Jude est une bénédiction dans la famille. Bien sûr il a fallu un petit temps d’adaptation où Lou a régressé, beaucouo pleuré, réclamé maman… Difficile de se démultiplier, de la bercer étc. Surtout quand on a mal à l’entrejambe !!! Mais elle est aussi adorable avec sa petite soeur : elle lui donne son doudou, sa tétine, lui caresse la main…et hier, elle lui a dit au revoir d’elle même en partant à la crèche ! Comment ne pas fondre ! Un petit coeur et un petit ange descendu du ciel…

Notre couple se porte mieux depuis, je ressens de l’amour tous les jours, rien qu’en la regardant dormir. Je peux de nouveau m’occuper un peu plus de Lou (sans ce gros ventre qui m’handicapait presque) et j’ai même du temps pour moi, pour récuperer, me reposer (Lou est en crèche la semaine)… Les week-end sont un peu plus sportifs mais on en profite pour recevoir et faire des activités tous les 4, en famille, pour que Lou comprenne bien que tout est comme avant, en mieux 🙂

 

Oui, tout est comme avant, en mieux et en amplifié. Comme on lui explique, l’amour, ça s’ajoute. En plus, c’est communicatif !

 

J’en verse à l’instant une larme de joie…

 

Love

 

“Now I can believe in miracle…” Cocoon

 

 

 

 

 

Leave a Reply

*