Purée Concombre-Kiri

Photo de Tanaphong Toochinda via Unsplash 

Une recette facile avec du lait, pour bébé dès 6 mois !

 

Temps de préparation : 10 minutes / Temps de cuisson : 25 minutes

 

Ingrédients

4 pommes de terre
1 concombre
2 Kiri
Sel et poivre

 

Eplucher et faire cuire les pommes de terre à la vapeau avec le concombre.
Mélanger avec un mixer et ajouter les kiri, le sel et le poivre.

C’est prêt !

Cake au citron et à l’huile d’olive

Photo de Charles Deluvio via Unsplash

Le citron est riche en vitamine C, qui, a une action stimulante sur le système immunitaire (utile en hiver) et antioxydants (permet à nos cellules de lutter contre les attaques des radicaux libres accélèrent le vieillissement). Sa forte teneur en potassium en fait un aliment pas du tout acidifiant, contrairement à ce qu’on pourrait penser !

Pour 6 personnes
Temps de préparation : 25 minutes / Temps de cuisson : 1 h 25

 

Ingrédients :

3 petits citrons jaunes non traités

150 grammes de farine de blé

75 grammes de farine de riz

1 sachet de levure chimique

1 pincée de bicarbonate de soude

1 pincée de sel

110 grammes de sucre de canne

4 oeufs

60 grammes de miel

70 grammes de yahourt

7 cl d’huile d’olive + 1 filet pour le moule

2 cuillers à soupe d’amandes effilées

 

  1. Préchauffez le four à 180° (th. 6). Prélevez le zeste de 2 citrons et pressez-les. Tamisez les farines, puis mélangez-les dans un saladier avec la levure, le bicarbonate et le sel.
  2. Coupez le dernier citron en fines rondelles. Faites chauffer 30 cl d’eau avec 30 grammes de sucre de canne dans une casserole. Fouettez le mélange jusqu’à ce que le sucre soit dissous. Portez à ébullition, puis disposez les tranches de citron dans le sirop et laissez-les confire à petit frémissement pendant 1 heure.
  3. Séparez les blancs des jaunes d’oeuf. Fouettez les jaunes d’oeufs avec le sucre de canne restant et le miel, jusqu’à ce que le mélange soit lisse. Incorporez le yaourt, l’huile d’olive, le jus et les zestes de citron. Ajoutez ensuite le mélange d’ingrédients secs en le versant en pluie, tout en fouettant.
  4. Montez les blancs d’oeufs en neige, puis incorporez-les délicatement à la pâte en la soulevant à l’aide d’une spatule pour ne pas casser les blancs.
  5. Huilez légèrement un moule à gâteau et versez-y la pâte. Enfournez pour environ 25 minutes de cuisson. Le gâteau est cuit lorsque la lame d’un couteau enfoncée à coeur en ressort sans traces de pâte. Démoulez le gâteau et laissez-le refroidir sur une grille.
  6. Faites griller les amandes dans une poêle sans matière grasse. Passez un peu de sirop de cuisson des citrons sur la surface du gâteau, puis, décorez-le de tranches de citrons confites et d’amandes effilées.

C’est prêt !

Galipoli Fabrique

Dans mon objectif de zéro déchet, de produits plus sains et d’économie, j’avais décidé de fabriquer moi même mes produits d’entretien ménagers. Plusieurs obstacles se sont alors confrontés à moi : il fallait bien souvent trouver les produits bruts dans différentes enseignes (pas forcément évident mis à par pour le bicarbonate et les cristaux de soude ainsi que le savon) et, parfois les « cuisiner »; faire un peu de chimie. Moi qui avait déjà du mal à faire la cuisine pour manger !

De fil en aiguille j’ai découvert Galipoli Fabrique, qui propose des contenants avec recettes intégrées et, toutes les matières premières nécessaires à leur confection ! Sur chaque bouteille (Lessive, Produit vaisselle, nettoyant vitres, wc, etc.) figure des barres de mesures afin de verser, au fur et à mesure, le bon dosage d’ ingrédient pour élaborer le produit. Plus besoin de peser ni de liquéfier, le procédé devenait si simple, sans contrainte !

Le design des bouteilles est très simple et joli : en plastique transparent avec une partie en caoutchouc agrippant de couleur, qui les classe par catégorie (adoucissant et poudre pour la lessive en rose, liquide et poudre lave vaisselle en beige…). Avec soit un bouchon à clapet, soit muni d’un vaporisateur. Elles sont évidemment réutilisables.

Il suffit donc par la suite de ne racheter que les matières premières ou seulement celles qu’on ne trouve pas dans le commerce en général mais, les prix restent raisonnable et diminuent en fonction de la quantité choisie, ce qui est un avantage. Moi qui suis adepte de l’achat en ligne, ça me convient parfaitement ! Pour les plus motivés il est possible de n’utiliser que leur livre de recette afin d’avoir ses propres contenants mais les mêmes contraintes revenaient pour moi.

Au fur et à mesure je me suis procurée toute leur gamme de produits et, en plus de faire de sacrées économies en produits d’entretiens ménagers, je sais exactement ce qu’ils contiennent ! Pour ma part, je n’utilise que quelques gouttes d’huiles essentielles de lavandes ou d’agrumes car les bébés ne peuvent supporter que celles-ci (il faut vraiment faire attention avec l’utilisation des huiles essentielles si vous avez des bébés et enfants en bas âges car cela peut être très dangereux pour eux : surtout, bien les diluer et regarder ce que l’on peut utiliser ou non, âge par âge).

Galipoli propose aussi des box par catégories, comprenant tout le nécessaire pour : la salle de bain, le sol, la cuisine…

Vous l’aurez compris, je suis totalement séduite par le concept !

La lessive maison

Photo par Igor Ovsyannykov via Unsplash

 

Ca faisait un bout de temps que je voulais fabriquer moi même ma lessive, pour des raisons écologiques d’abord, économique ensuite mais surtout, pour le fun ! Je trouve ça très gratifiant de faire soi même des produits qu’on utilise tous les jours (voir plusieurs fois par jour avec des bébés en bas âges !). Puis, pas de produits chimiques ni de perturbateurs endocriniens (pouvant avoir des conséquences très néfastes sur plusieurs générations).

 

Le principal frein pour moi ayant été : ne pas trouver tous les ingrédients au même endroit, mais, maintenant, ils sont de plus en plus répandus (chez par exemple La Vie Claire, Leroy Merlin, Naturalisa, Greenweez…) ! Et si vraiment vous ne trouvez pas, vous avez aussi La Box du Petit Crapaud (23€) qui vous envoie tout directement chez vous !

 

Je vous en partage 3 recettes, suivant les ingrédients que vous avez envie d’utiliser.

 

La lessive maison au savon de Marseille

C’est une des recettes de lessive les plus répandues. Il suffit seulement de 4 ingrédients :

Mélanger dans une bouteille de 2 litres :
  • 150gr de savon de Marseille
  •  1 tasse de bicarbonate de soude
  • ½ verre de vinaigre blanc
  • 15 gouttes d’huile essentielle (lavande, tea tree, orange…) [optionnel, pour parfumer]

Préparation :

  • Faites fondre le savon de Marseille dans 2 litres d’eau et ajoutez le bicarbonate de soude et le vinaigre blanc.
  • Mettez dans un bidon.
  • Quand le mélange a refroidi, ajoutez les huiles essentielles.

Remuez régulièrement et avant chaque lavage.

 

La lessive maison au savon noir
Mélanger dans une bouteille de 1 litre :
  • 1 verre de savon noir liquide
  • ½ verre de bicarbonate de soude
  • ½ verre de vinaigre blanc
  • ¼ verre de cristaux de soude
  • 3 à 4 verres d’eau tiède
  • 10 gouttes d’huile essentielle (citron, mandarine, lavande, menthe…) [optionnel, pour parfumer]
  • 1 cuillère à café de lécithine de soja ou tournesol [optionnel, évite que la phase acquise et la phase solide ne se sépare]

Préparation : 

  • Versez tous les ingrédients dans une bouteille et mélangez bien.
  • Vous pouvez ajouter de la lécithine de soja ou tournesol qui permet d’éviter qu’un produit biphase ne se sépare.
  • Vous pouvez aussi repasser le liquide au mixer.
  • Dans tous les cas, cela n’entraîne pas de perte de qualité du produit.
  • Mettez un petit verre dans le bac à chaque lavage, cela suffit pour du linge propre et frais !

 

La recette de Maman Crapaud
Mélanger dans une bouteille de 2 litres :
  • 2L d’eau
  • 60g de copeaux de savon
  • 5 cuillères à soupe de cristaux de soude
  • 2 cuillères à soupe de bicarbonate de soude
  • 10 à 20 ml de fragrance ou huile essentielle [optionnel, pour parfumer]

Préparation :

  • Ajouter l’eau et les copeaux de savon dans une casserole, battre, chauffer 5 à 10min,
  • Y incorporer les cristaux de soude, battre encore
  • Puis, le bicarbonate de soude, et, mixer le tout.

Bien secouer avant chaque utilisation !

 

Le mouvement Licorne

Qu’est-ce que cette nouvelle tendance qui prend de plus en plus d’ampleur autour de nous ?

Je ne parle pas ici des startups valorisées à plus d’un milliard de dollars, prénommées de la même expression. 

C’est tout d’abord une méthode qui a pour but d’allier économie et écologie sans en oublier le plaisir.

Créée, par Marie et Herveline toutes deux bloggueuses, à travers le groupe Facebook « Gestion budgétaire, entraide et minimalisme », elle permet le partage de leurs astuces dans la bienveillance, pour devenir consomm’acteurs. Ce groupe contient maintenant 111 725 membres dont moi même, depuis la naissance de mon 2e enfant (6 mois donc).

Nous voyions en effet partir 1000€ de plus par mois (entre la nounou, les baby sitters, les soins, l’aide ménagère, l’appartement plus grand qui consomme plus…) depuis mon second accouchement, il fallait réagir, et vite !

Depuis, j’ai réussi à me mettre des objectifs et avancer pas à pas, vers le « sans superflus ». C’est fou de se rendre compte à quel point nous pouvons perdre de l’argent bêtement, quand on ne fait pas attention ! Un exemple simple : je ne savais pas que j’avais la capacité financière d’augmenter mon autorisation de découvert et, ai payé 80€ d’agios pendant plusieurs mois alors que j’aurais pu les éviter en passant un coup de fil et en posant la question à ma banquière ! Il y a des centaines d’exemples résolvables aussi simplement  que celui-ci…

Je me suis rendue compte en faisant mes comptes (quelque chose qui me barbait à l’époque, mais grâce aux nouvelles technologies, nous ne sommes plus obligés de garder et trier les tickets de caisse, hallelouia) que notre principale source de dépense (mis à part les prêts étudiants et le logement) se trouvait dans la nourriture. Chose bizarre puisque nous mangions très peu le soir et très peu de viande en général (mon mari étant végétarien). D’où venaient alors ces sommes exorbitantes sachant que nous avions déjà réduit les sorties restaurant en famille ou en amoureux au minimum acceptable (pour nous). Eh bien du fait d’acheter la nourriture dehors le midi, au bureau. 10€ en moyenne par jour (et par personne), c’était énorme à la fin du mois !

Alors je me suis mis pour objectif de CUISINER TOUS MES PLATS (ou presque) pour déjeuner au bureau en semaine ! Chose que je n’ai JAMAIS réussi à tenir plus de quelques jours. J’ai été motivée par 2-3 collègues au bureau qui le faisaient régulièrement et, le fait que mon mari m’ait proposé de préparer ces plats avec moi. Aussi, parce que je veux donner de bonnes habitudes à mes enfants et leur donner ce goût, que je n’ai apparement pas eu, de cuisiner. Mais quels plats allais-je bien pouvoir faire ? Moi qui ne cuisine habituellement qu’une fois l’an… « Tu peux déjà commencer par des choses simples comme acheter plein de légumes de saisons et les faire sauter à la poêle ». Excellente idée, je n’y avais même pas penser.

La petite astuce : le magasin “Bio c’est bon” près de mon boulot jette des cagettes entières de légumes et fruits variés toutes les semaines, encore bons; il suffit de les cuisiner dans les 2 jours et de les congeler pour la semaine ! Ils sont vraiment goûtus. Certainement que d’autres le font (surtout que le fait de verser des produits chimiques dessus est strictement interdit par la loi dorénavant) ! Vous pouvez faire la fin des marchés qui en font de même bien souvent. On appelle ça : “glaner” sa nourriture. Certain ne se nourrissent que de cette façon (il faut néanmoins beaucoup d’organisation et de temps).

Cf article d’Angel, une de mes anciennes camarades de classe au Lycée, “Glane ta bouffe“.

Aujourd’hui, je suis fière de dire que nous avons commencé l’année 2018 à +600€ sur notre compte (au lieu du découvert habituel depuis ma dernière grossesse). C’est la première fois (de ma vie d’adulte, oui) que je n’ai pas fait les soldes. Fini le shopping, je n’achète que par nécessité (si le pantalon de mon mari est tellement déchiré qu’immetable ou, si mes filles vont passer à la taille supérieure) et terminé le stock (les promos et achats en gros sont parfois des faux amis)!

Je n’irais pas jusqu’à dire que je suis minimaliste (j’en suis encore loin), mais j’ai plaisir à tendre vers. Nous ne sommes pas forcément obligés de payer pour avoir de bons moments en famille, mais nous ne nous privons pas non plus, alors pas de frustration ! Juste une meilleure gestion budgétaire et l’amélioration constante. Il était temps !

 

Leur livre « J’arrête de surconsommer » en 21 jours (ce qu’il faut pour encrer une habitude), a depuis été publié.

Je vous conseille aussi « La Famille Zéro Déchets » ou presque, de Jérémie Pichon qui est très plaisant à lire.

La Magie de Noël

C’est quelque chose que je redécouvre grâce aux enfants. Je me rappelle de la joie que nous provoquait cette période, ces étoiles dans les yeux, cet empressement et cette excitation que nous avions. Cela, je l’ai revécu à travers Lou, qui ne savait plus où donner de la tête devant tous les cadeaux (famille nombreuse donc c’est toujours très impressionnant!). C’est là le plus beau des cadeaux, quelque chose d’inexpérimenté pour moi jusqu’à présent; le bonheur de voir ses enfants heureux, le sourire aux lèvres, ce pétillement qui émane d’eux à cet instant.

 

Cette année, notre petite Lou commence à se rendre compte des choses et j’ai pris un grand plaisir à préparer les fêtes avec elle. À commencer par le sapin et les décorations; je déballais les boules et Lou me les tendait unes à unes. Elle choisissait où les disposer sur le grand sapin.


J’ai choisi de nous le faire livrer le sapin en pot; en espérant qu’il tienne dans la cour car pas de place pour le replanter ici. Ou bien on ira le planter au bois de Vincennes…!

Nous avons confectionné des sablés de Noël pour la nounou et la crèche. À la vanille et à la cannelle. Lou ayant été malade cette année, c’est maman qui a décoré ! Je voulais un cadeau DIY, zéro déchet, personnalisé et petit budget; c’était un parfait combiné ! L’année prochaine, nous ferons des savons maison !

À la crèche, il y a eu la fête de Noël, où nous avons chanté des comptines accompagné d’un papa avec sa guitare. On a dansé et Lou s’est ruée sur le buffet ! Elle était ravie de me montrer qu’ils avaient eux aussi décoré la classe.

Sa chanson préférée du moment ? “Petit Papa Noël” bien sûr ! Elle se dandine en chantonnant. À chaque fois que nous croisions un sapin elle était contente de me le montrer en se pointant du doigt; je lui répondais “oui, toi aussi tu en as décoré un”! À chaque Papa Noël croisé, elle s’écriait “Papa, Papa!”.

Mon parrain a ramené des Kinder Suprise et Lou a autant adoré les jouets que le chocolat !

On aimerait que ça dure encore et encore… Et l’année prochaine, elles seront deux comme ça !

Sapin rapidsapin
Décorations & boules de Noël Flamant, Maison du Monde, Monoprix & Plumeti
Boite à biscuits Picard
Bougies Monoprix
Papier Cadeau Monoprix
Emportés Pièces MyLittleDay
Fleurs artificielles Sia

 

Le Pop-up store Plumeti

Le Pop-up store Plumeti a ouvert ses portes !

Jusqu’au 10 décembre prochain, participez à de nombreux ateliers avec (ou sans) bébés et enfants, sur le thème de Noël 

 

 

 

Nous y avons fait un petit tour avec les filles dimanche dernier; Lou a adoré l’espace jeu (surtout les coloriages) et tester les jouets ! Ce qu’elle a évidemment préféré étant la dinette de chez Bloomingville; pas de surprise de ce côté là ! Le Papa Noël a vu 😉

 

Le petit plus : écrivez votre lettre au Père Noël sur place avec les articles que vous aimeriez avoir de chez Plumeti, une lettre sera tirée au sort et la famille se verra offrir les cadeau à hauteur de 150€ !

 

Ce qu’on a adoré : l’univers tout doux de la boutique en ligne Plumeti retranscrit en VRAI ! Papa s’est exclamé : “on dirait la maison” (à la grande fierté de maman) et Lou était émerveillée devant le sapin décoré.

On en a profité pour repartir avec la future chaise haute Charly Crane couleur mint de Jude, quelques décorations de Noël, 2 protèges carnets de santé assortis (mint & blanc à paillettes) – puisqu’en hiver nous sommes abonnés chez le Pédiatre – de chez Nobodinoz et quelques recettes de Noël pour bébé avec la toute nouvelle marque baby food : Popote (on vous fait un retour de Jude très bientôt) !

 

Nous y retournons dimanche prochain pour écouter des Contes de Noël !

 

 Les Ateliers de Noël 

Atelier sablés de Noël en partenariat avec l’atelier de pâtisserie “Bogato” (enfants à partir de 4 ans) – Dimanche 3 Décembre 14h30, 15h30 et 16h30 – 30€

Atelier Couronne de Noël en partenariat avec la fleuriste “Fabrique d’effets” (parents-enfants à partir de 6 ans)  – Samedi 2 Décembre 11h & Samedi 9 Décembre 11h – 30€

Atelier « Repas de Noël de bébé » en partenariat avec la nouvelle marque baby food “Popote” – Mercredi 6 Décembre 14h et 16h – Gratuit

Atelier pompons de Noël en partenariat avec “We Are Knitters” (parents-enfants à partir de 6 ans) – Samedi 9 Décembre 15h & Dimanche 10 Décembre 15h – 20€

Atelier DIY carte de vœux en partenariat avec “Little Cube” (enfants à partir de 4 ans) – Samedi 2 Décembre 15h et 16h & Mercredi 6 Décembre 11h – Gratuit

Lecture de contes de Noël – Dimanche 3 Décembre 11h & Dimanche 10 Décembre 11h – Gratuit

S’inscrire aux ateliers

Quand le rêve vire au cauchemar

Photo by Alex Hockett on Unsplash 

 

” En Mai 2016, j’ai appris que j’étais enceinte. Un petit choc, ce n’était pas prévu, pas tout à fait. Nous avions prévu de commencer les essais bébés quand Papa aurait terminé la période d’essai de son nouveau contrat (3 mois après). Finalement, bébé s’est installé un tout petit peu plus tôt ; on l’a accepté et tout de suite aimé ! Nous avions décidé de ne pas connaitre le sexe, surtout moi, je voulais la surprise (même si on avait une préférence pour une fille !).

La grossesse a été difficile pour moi. Je crois faire parti des femmes qui n’aiment pas être enceinte en fin de compte ! Je faisais beaucoup de sport avant, et là, dès le premier trimestre déjà, j’avais de gros saignement. Un hématome : on me dit d’arrêter le sport, de ne plus prendre les transports en commun ni la voiture. Je me retrouve en arrêt maladie seule à la maison, de 7h à 20h et les journées sont extrêmement longues… Rythmée par les nausées, bien entendu !

Arrive le second trimestre : le 5ème mois plus précisément. Lors de ma visite chez la sage-femme, gros coup de stress ; j’ai pris 5kg en un mois ! On m’envoie faire une prise de sang pour vérifier le diabète qui se révèlera positif. Je faisais pourtant déjà attention à mon alimentation ; la nutritionniste ne savait pas trop quoi changer à mes habitudes alimentaires. On me propose alors de remplacer la baguette par du pain complet pour voir, et si ça ne va pas, on passe à l’insuline. OUF le pain complet deviendra mon meilleur ami jusqu’à la fin de la grossesse.

Le 9 Janvier 2017, je me réveille et je le sens, c’est pour aujourd’hui. J’avais l’impression d’une lourdeur dans le dos, rien de comparable avec les précédentes douleurs. La journée passe tranquillement et vers 17h arrive les premières contractions. A 19h30 elles étaient régulières, toutes les 5 min, c’est parti, direction la maternité. Une fois sur place on m’examine : Col fermé, bébé encore très haut qui n’appuie pas sur le col. On me renvoi chez moi, malgré les contractions régulières, pour eux, c’est un faux travail. Nous rentrons donc à la maison vers 23h avec pour ordre de prendre un bain pour me détendre et essayer de dormir. Demain, 10 Janvier 2017 est le jour du terme ; je dois retourner à la maternité pour un déclenchement.

Oui mais ! Bébé n’en a pas terminé, la poche des eaux se rompt vers 6h du matin, dans le lit. On aurait pu me suivre à la trace jusqu’au toilette. Glamour.
On file à la maternité, on m’examine : « On va faire un prélèvement voir si c’est bien du liquide amniotique ». « Vous êtes sûr que la poche a rompu car le test est négatif » « On va refaire le test, ah oui c’est positif » … Déjà on m’avait renvoyé chez moi, ensuite j’ai le droit à un faux négatif. Cette journée, je la sens mal. Le col est ouvert à 1, je dois attendre 8h du matin le médecin qui va décider si on déclenche ou pas car bébé n’est toujours pas descendu, ce qui ne va pas aider le col à travailler.

On m’emmène dans une chambre, ils sont bien obligés de me garder cette fois ! La sage-femme revient me voir 1h après, le col est à 2 « Ouah super on n’aura surement pas besoin de déclencher ! Ça vous dirait de prendre un bain pour aider le travail et soulager la douleur ?! ». Oh que oui ! Enfin une bonne nouvelle ! La sage-femme revient me voir « euh il y a déjà quelqu’un dans le bain apparemment, je vais vérifier et je reviens vous dire… ». Cette journée va être très longue … !

Finalement, j’ai le droit à mon bain ! Le soulagement ! On m’installe, on fait couler l’eau. La sage-femme s’en va et revient 10 minutes après « On vient d’avoir les résultats de votre liquide amniotique, il y a une bactérie qui est à la limite au niveau du taux… il faut sortir du bain pour pas que ça ne prolifère… ». Je sais que j’ai la poisse, tous le temps, mais sérieusement je ne peux pas avoir un peu de répit le jour J !!!

On me fait sortir du bain, après examen, le col est ouvert à 3 « On va enfin pouvoir mettre la péridurale si ça vous intéresse ?! ». Je ne voulais pas, mais il était maintenant un peu plus de 13h et je gérais les contractions depuis la vieille au soir toutes les 5 minutes. Et je le sentais, ça n’allait pas, jamais, il y avait toujours quelque chose. « Ok oui je veux bien la péridurale !! ».  La sage-femme me répond « Je dois prendre votre température d’abord, s’il y en a, on ne peut pas la faire ». Ok… « Bon, la température est un peu trop haute… soit c’est à cause du bain, soit à cause de la bactérie et dans ce cas on pourra pas la faire…je reviens dans une heure pour voir si la température baisse ». Je le savais, rien ne va…

La sage-femme revient, elle m’examine « La température à baissé ! On va pouvoir faire la péridurale ! ». AMEN ! L’anesthésiste arrive et fait le boulot, instantanément les douleurs disparaissent, le soulagement et en même temps la déception de ne pas avoir tenu bon… J’envoie papa manger un morceau, le pauvre il est KO, ça lui fera pas de mal ! Moi je vais essayer de dormir un peu… ou pas.

Il est maintenant 14h40 environ, la sage-femme revient en même temps que mon homme. Elle m’examine à nouveau, col ouvert à 4 ! Elle me dit qu’elle a l’impression qu’il reste un morceau de poche au niveau de la tête de bébé qui l’empêche de s’engager dans le bassin. Elle me propose donc de couper le morceau pour aider, j’accepte. Avant ça elle décide de laisser ses doigts lors de la prochaine contraction pour vérifier si ça travail bien, et là coup de chance, le dernier morceau de poche rompt tout seul ! La sage-femme me dit super contente qu’elle sent le bébé, la tête est enfin descendue, le bébé à des cheveux ! Maintenant qu’il est descendu, tout devrait aller beaucoup plus vite !

La contraction suivante arrive, le cœur du bébé ralentit. La sage-femme est surprise, elle me demande de me mettre sur le côté, peut-être que le bébé n’aime pas sa nouvelle position. Nouvelle contraction, sa ralentit encore. Elle appelle un gyneco en urgence pour qu’il vienne donner son avis. Il arrive très vite et m’examine, tjr à 4, une contraction, le cœur ralentit encore.

Il se retourne vers la sage-femme et lui dit « Préparer le bloc ». Je me retourne vers mon conjoint et lache un « je te l’avais dit… » du bou des lèvres. Lui ne comprends pas. Le gyneco m’explique rapidement, le cœur du bébé ralentit à chaque contraction et mon col ne se dilate pas suffisamment vite, on est obligé de faire une césarienne en urgence. Il continue de nous expliquer que le brancard est déjà là prêt à m’emmener. On me met dessus et on va direction le bloc en courant, je vois mon homme qui court complètement perdu derrière nous.

On s’arrête à l’entrée du bloc « Papa on fait un dernier bisou rapide maintenant !! ». Un petit smack et je lui dit droit dans les yeux « tu t’occupes du bébé et ne le lâche surtout pas promet le moi ! » « Promis ».

J’entre dans le bloc, on me pose un tas de question tout en m’installant sur la table d’opération « votre taille ? poids ? allergie ? … ». Finalement on me dit « Souhaitez-vous connaitre le sexe dès que le bébé est là ou vous attendez de retrouver papa ? ». J’ai réfléchit rapidement et répondu « Je veux savoir !! ». 9 mois que j’attendais, des heures que je sentais ce moment terrible arriver. J’avais besoin de savoir au moins, un peu de réconfort…

La césarienne commence et à mon grand étonnement je sens qu’on m’ouvre le ventre, je sens une main qui entre dans mon ventre et qui tire. Tout est extrêmement douloureux ! Je crie « JE SENS TOUT !!! ». J’entends le chirurgien dire « ON ARRÊTE TOUT ! Qu’est-ce que vous sentez madame ?!! » Je lui explique ce que je sens, la douleur et il répond « il faut lui remettre une dose ! »

D’un seul coup j’entends au loin « madame… C’est une fille… ». Je ne comprends pas, qu’est-ce qu’il se passe ? Ou suis-je ? « Vous vous êtes endormi… elle est née… vous avez une fille… vous l’appelez comment ? »

Il m’a fallu un moment pour comprendre, j’étais complètement ailleurs. Je n’ai pas supporté la dose d’anesthésiant supplémentaire qui m’a complètement endormi. J’ai raté la naissance…

Notre fille est née le 10 Janvier 2017 à 14h55. Papa n’était pas là, maman dormait.

Je me souviens d’une tête floue avec deux grosses billes noir qui me regardait. Je me souviens avoir fait des bisous sur des joues bien potelés. Les sages-femmes qui me disent qu’elle est magnifique et qu’elle ne portera pas de taille naissance. Qu’elle a beaucoup de cheveux. Je vois flou, je la vois très mal… Elle a les yeux bleus il parait. Que je me suis endormit juste 5 minutes et je les entends rire « vous ne devez pas souvent boire de l’alcool ».

Je me réveille une seconde fois, je ne comprends plus rien. Ou suis-je ? J’ai rêvé ? Mon bébé est né ? J’ai une fille ? Une infirmière arrive et m’explique que je suis en salle de réveil, que j’ai une fille et que je la retrouverais quand je serais bien réveillée et que je pourrais bouger mes jambes. Je lui de demande si ma fille va bien ? Le papa ? Est-ce que je peux la voir ? Est-ce qu’elle a des cheveux ? Elle pèse cb ? Elle mesure cb ? Bref je pose plein de questions, elle me coupe et répond simplement « je n’en sais rien et je ne peux pas vous la ramener ! Vous croyez quoi ? vous êtes en salle de réveil ici j’ai d’autres patients qui m’attende je n’ai pas que ça à faire d’aller poser des questions pour vous. Vous la verrez tout à l’heure et vous pourrez poser toutes vos questions aux sages-femmes ». J’ai pleuré dans mon lit et lutté de toutes mes forces pour ne pas me rendormir. Je ne sais pas combien de temps il s’est passé mais j’ai fini par bouger mes jambes et j’ai eu l’accord pour monter dans ma chambre.

Le brancardier m’emmène dans ma chambre, je m’attendais à voir ma fille et son papa. Chambre vide, j’ai envie de crier… J’attends un bon moment et enfin la porte s’ouvre, mon homme arrive les bras chargés de valise. On nous a changé de service je n’ai plus la même chambre. Une auxiliaire à ma fille dans les bras et me la donne pour la mise au sein.

Elle était née depuis 3h et mourrait de faim. Elle a pris le sein difficilement mais nous avons réussis. Petit pincement au cœur, je n’ai pas fait la tétée d’accueil que j’attendais…

Quand elle est née, ils l’auraient emmené tout de suite faire les soins puis l’on donné à papa pour faire du peau à peau. « Voilà votre fille, elle va très bien ! » « C’est une fille ?! » « Ah oui c’est vrai vous ne saviez pas le sexe… ». J’ai été attristé de savoir qu’il avait appris le sexe comme ça. Je n’ai aucune photo de ma fille à la naissance, personne n’a proposé au Papa de le prendre avec sa fille et lui était tellement stressé et perdu qu’il n’a pas pensé. Il a pleuré en voyant sa fille et en se demandant comment j’allais. Il demandait sans arrêt des nouvelles et on lui répondait « votre femme va bien ».

Le séjour de 4 jours dans le service fut tout aussi horrible. Pour faire court je n’ai eu aucun soin de ma cicatrice, c’est mon conjoint qui s’en est chargé. Sage-femme et auxiliaire qui oubliait tout ce qu’on pouvait demander… Infirmière qui me parlait très mal. Aide pour la mise en place de l’allaitement absolument nul ! On nous a donné un carnet de santé à moitié vide, il manque énormément d’informations dessus ! J’ai passé 4 jours à pleurer, Papa aussi, il avait interdiction de rester le soir mais voyait bien que je vivais un enfer. Il culpabilisait de nous laisser.

Nous sommes finalement rentrés à la maison à la fin de la semaine. Il faisait super froid, il avait neigé, je suis sorti de l’hôpital avec un soulagement énorme. La fin de mon cauchemar. ”

Déborah, maman depuis 10 mois

Lettre à moi même

À toi la petite fille que j’ai été. Toi qui n’a pas vu ton Papa les premiers mois de ta vie. Toi qui ne s’est mise dans ses bras qu’au moment où il a arrêté de boire; à tes 6 ans en fait ? Peut-être parce que tu le sentais, ou peut-être même parce qu’il oubliait certainement dans ces moments là.

À toi la petite fille timide qui n’avait pas d’amie les 2 premières années de maternelles, jusqu’à ce que Maman te change d’école. À toi qui a cherché l’amour dès le plus jeune âge, certainement car tu recherchais celui de tes parents ? De ta mère qui n’était, pour toi, jamais là ? Tu ne savais pas encore que plus tard, eux aussi évoluerons, que vous vous raconterez des choses, arriverez à parler et toucherez même du doigt une certaine complicité.

À toi qui a une famille extraordinaire et soudée. Deux tantes formidables et un oncle cool aussi. Des cousins que tu prendras comme tes frères et sœurs. Un grand-père que tu as adoré et un autre que tu n’auras presque pas aimé. Deux grand-mères géniales.

Toi qui était contente de savoir tes parents divorcés car tu les voyais tout simplement plus. Toi qui aimais te promener seule, trouver des trèfles à 4 feuilles et regarder le ciel avec ton tigre en peluche que tu tenais par la queue. Peut être étais-tu en recherche de chance ? Ta maman t’avait dit que ça la portait… À toi qui chantais des chansons avec ton frère dans le bain, qui construisais des maisons en lego et, inventais des circuits voiture dans toute la maison.

À toi la fille brillante qui a fait des études de com´ à Paris, avec des nanas qui se crêpaient le chignon à longueur de temps, puis à New-York où tu rencontreras une vraie famille; les meilleurs amis que tu n’auras jamais eu auparavant. Les meilleurs souvenirs de ta jeunesse.

Tu y vivras l’expérience que tu cherchais, celle qui te fera grandir. Tu ne savais pas à ce moment que tu allais te faire agresser, vivre l’une des pires expériences de ta vie, mais aussi la meilleure, celle qui te fera passer du statut de jeune fille à future femme et qui te permettra de le trouver.

Grace à ça tu sauras faire attention, ta naïveté, un bout d’enfance envolé te permettra de rencontrer ton mari, le père de tes enfants. Avec lui tu voudras fonder une famille mais tu ne savais pas encore ce que cela impliquait réellement.

Les heures de don de soi à n’en plus finir, à s’oublier complètement. Les heures de sommeil à jamais perdues, et les grasse matinées envolées. Tu connaîtras là, l’amour d’une mère pour ses enfants; un amour puissant qui te montre que tu te trompais avant, non, tu n’avais jamais connu le vrai. Tu deviendras la maman comblée de deux adorables petites filles, belles, dans tous les sens du terme.

Tu ne savais pas à ce moment que tu devrais faire un autre deuil; celui de ton corps de jeune fille. Celui qui t’a permis tant de chose plus jeune. Celui que tu utilisais en usant de ce petite sourire en coin. Maligne tu étais…

Tu croyais que les divorces et la perte de libido, Ca n’existait que chez les autres ou dans les films; d’ailleurs tu ne comprenais pas réellement parce que toi tu croyais en l’amour toujours, le vrai, le véritable amour. Tu ne savais pas que cette expérience pourtant si magnifique pouvait être si insupportable.

Tu ne sauras d’ailleurs pas comment t’en sortir. Tu verras ton couple se déchirer, essayer de se réparer, tu laisseras couler toutes les larmes de ton corps en voulant abandonner, tu essayeras de te secouer, de le secouer. Pour ton idéal, pour tes filles, et pour respecter la promesse que tu t’étais faite enfant. Non, pas celle de la cigarette; celle où tu disais que toi, tu “ne divorceras jamais”…

À toi cette femme qui a toujours su être forte, même quand tu avais l’impression de perdre pied. Sèche tes larmes, car tout arrive pour quelque chose. Surtout, le meilleur reste à venir…tu ne le sais juste pas encore.

Photos de famille

Le mois dernier nous nous sommes rendus près de Ponto-Combault dans le 77, pour une séance photo en famille. Je l’avais gagnée dans une des box mamans que je m’étais commandée. 

Je n’avais pas fait de séance photo à la naissance de Lou. J’en avais tout de même organisée une avec un ami photographe lors de ma première grossesse. C’était, du coup, là l’occasion d’en avoir de nous tous. Ce sont des moments qui passent tellement vite, qu’on a envie de les immortaliser et d’en garder une trace.

Arrivés devant une petite maison de village seine-et-marnais où Camille avait niché son atelier, elle nous ouvrait les portes de son univers…

Un petit monde tout doux, fait de plumes et de pancartes aux couleurs pastel s’offrait alors à nous. Après quelques couches changées et un bibi pris, la séance pouvait commencer.

En voici le résultat…

Des photos plein d’amour, d’une nouvelle vie à 4…

 

 

Credit photo Camille Cauwet Photographie