Notre week-end cocooning en famille

Nous avons profité du long week-end du 1er mai pour nous offrir une un petit moment de détente, rien que nous 3 (et demi). J’avais besoin de me ressourcer, rêvais de moments en famille, avec la contrainte de ne pas avoir plus de 40min de trajet à cause des contractions possibles et de mon dos en vrac. En scrutant sur internet, je tombe alors sur cet article des Louves – webzine haut de gamme “women & mothers” – qui, me séduit de suite ! J’en avais assez de chercher et farfouiller le net, trop d’info tue l’info et hop, ni une ni deux, j’appelle l’hotel et je réserve.

Au téléphone, une aimable hôtesse/réceptionniste me reçoit et nous composons ensemble mon week-end de rêve, sans que je n’ai trop à préciser quoique ce soit; c’est fluide, elle me propose quelque chose qui correspond à mes envies et surtout, mon budget fixé !

J’opte pour le brunch du dimanche; notre table avec chaise bébé est réservée pour 11h. Je garde notre après midi pour nous installer dans la chambre, pour la sieste de Lou, et, si l’envie nous chatouille et si le temps est clément, une douce promenade digestive au bord de l’étang. Je choisis la chambre supérieure avec vue sur le jardin, plutôt que celle de la gamme d’au dessus, en me disant qu’elle sera assez bien pour nous et, m’offre à mon dos et moi, un soin future maman pour le lendemain, au spa Caudalie dont dispose le lieux. Le petit-déjeuner est inclu dans la formule et je choisi le bistro plutôt que le restaurant étoilé (à tester la prochaine fois !). Le tout pour 550€. La formule supérieure ne rajoutait que 100€ (donc valait vraiment le coup) mais j’ai préféré être raisonnable car je sais par expérience que nous avons toujours de petits extras imprévus au programme.

Dès notre arrivée, nous sommes émerveillés par l’endroit : un petit jardin très bucolique, rosiers tombants, petites fontaines, tables rondes en fer forgé blanches disposés ci et là sur de petits cailloux crèmes.Le lieux avait rempli sa mission : nous évader et surtout, nous faire oublier qu’on était restés à Paris ! Quelques marches d’un escalier en bois nous mènent vers “La Paillote”, où notre fameux brunch nous attend patiemment. De belles tartes et patisseries trônent sur une table en vieux bois de caractère, au milieu de pains, confitures, jus et autres mets ayant l’air délicieux. Nos yeux sont écarquillés et l’eau nous vient à la bouche ! Même Lou s’est régalée de fraises, bout de croissant et yaourt fermier nature au miel Alain Milliat !

Le brunch est hyper copieux, nous en somme plus que ravis et ne commandons même pas le laitage du menus, au risque de devoir rouler jusqu’ à la chambre !

    

La balade digestive continue de nous emporter dans cette vibe de bien-être et d’évasion. L’étang est calme, entouré de verdure et de jolis arbres que Lou apprécie en les pointant du doigts et en nous demandant de commenter par des “tah ?”, parsemé de bancs en bois, on continue dans le champêtre ! Un joli endroit où les canards, poules d’eau, chiens en promenades et vieillards assis vivent en harmonie. On s’y sent paisibles et reposés.

  

Cerise sur le gâteau : la chambre très spacieuse et très joliment décorée, réconfortante, délicate, douce… Toutes les chambres sont équipées de baignoire (impératif avec un bébé) ! Le spa avec vue sur les étangs, les conseils de la praticienne et les produits de qualité proposés par Caudalie. Enfin, le petit cadeau de bienvenue offert à petite Lou; un lapin doudou de chez Doudou & Compagnie avec brodé “Les Etangs de Corot” en vert, s’il vous plait ! Si c’est pas la classe ça !

  

 

Tarifs & Réservations
Chambre à partir de 185€ la nuit
+33 (0)1 41 15 37 00
contact@etangs-corot.com
reservations@etangs-corot.com
Spa Vinothérapie® Caudalie, soin modelage femme enceinte 108 euros, soin du corps à partir de 66 euros.
Tél : +33(0)1 41 15 37 70
spa@etangs-corot.com

Mon rituel du matin

Tous les matins, une fois ma fille à la crèche, je savoure mon petit moment sous la douche – toute jeune maman sait à quel point une bonne douche chaude où l’on prend son temps est désormais devenu un luxe parmi tant d’autres – et, ai mon petit rituel cocooning, moment où je peux prendre soin de moi, seule, tout en farniente.

Je sors de ma douche bouillante – j’aime l’eau quand elle est à 42° ce que ni la peau de mon mari ni celle ma fille ne peuvent supporter – je met une noisette de crème ultra riche visage au beurre de karité de chez l’Occitane (la texture est top, vraiment fondante, ni trop dense ni pas assez) sur mon visage, j’attrape mon portable où la radio (Nostalgie) est allumée, enroulée dans ma serviette éponge mousseuse, je jette mes crèmes sur le lit, avant de m’y jeter moi même, je lézarde un instant, et, quand je suis prête, je commence…

J’attrape d’abord le sérum double action anti-vergeture de chez Eve & Rose, une superbe marque de cosmétiques bio engagés pour futures et jeunes mamans (50% des bénéfices sont reversés à des associations caritatives dont Children of the Mekong), puis, je me le badigeonne en massant délicatement mon ‘petit’ ventre dans le sens des aiguilles d’une montre (je suis très superstitieuse pour ça, apparement ça ne tournerait pas rond si je faisais l’inverse, donc, dans le doute…). Je me dis que bébé doit le sentir et apprécier lui aussi ce moment tout doux entre lui et moi.

 

Selon ma mère, la crème anti-vergeture est très importante durant la grossesse. C’est mon grand père, médecin, qui lui avait conseillé d’en mettre matin et soir dès les premiers temps de sa grossesse et, comme elle n’a pas eu de vergetures au final, ce fut un succès franc pour elle !
La vérité est tout autre; rien n’a jamais été prouvé dans l’efficacité ou non des crèmes et huiles anti vergetures. Certains diront que ce n’est que purement commercial. Même si, il est certain que le corps de la femme est malmené durant la grossesse : peau qui s’étire, assèchement… L’élasticité de la peau a parfois ses limites ! Dans le cas où, je préfère utiliser ces crèmes; ayant une peau à tendance sèche, ça la nourrit en même temps et, me procure un moment de détente, tranquilou avec moi même et bébé.

 

Le ventre terminé, je continue avec le lait corps nourrissant, toujours de chez Eve & Rose, en massant mes bras, mon dos, mes cuisses. A chaque fois que je suis enceinte, même si je bois énormément d’eau (toujours avoir une bouteille à proximité), ma peau s’assèche encore plus vite. En effet, bébé a besoin de beaucoup d’eau et pompe sur les réserves de maman ! Puis il faut dire que l’eau de ma ville est un peu calcaire aussi, ce qui n’aide en rien la chose.

Enfin, je conseille pour celles, comme moi, qui ont souvent les jambes lourdes (rétention d’eau durant la grossesse) d’utiliser ce superbe gel jambes légères de chez Thermaliv; il procure une sensation de frais et relance la circulation sanguine. Pour le coup l’appellation dit vrai ! C’est très agréable. Je prends soin de bien masser chacun de mes mollets et, après ça, je m’étale et profite du confort de la couette fraiche et molletonnée sous le poids de mon corps.

Normalement à ce moment de la journée je ne me sens pas encore lamantin (vous savez, ces énorme phoques blancs, échoués sur la plage). C’est bien le soir où, le ventre tiré par le dîner et, les courbatures et muscles tourmentés par la journée à porter ces nouveaux kilos, je n’arrive plus à me déplacer aussi aisément et demande à mon homme de me soulager le dos et le bassin avec l’huile anti vergeture, très fluide et agréable au toucher. Ca, c’est mon super rituel de coucher, de temps en temps, quand il veut bien !

 

Et vous, quels sont vos petits rituels bien-être ?

 

Mamy blue

Témoignage sur le vague à l’âme fauchant les jeunes mères


” Il est là juste à côté de moi. Il dort.

Je contemple son profil parfait, sa bouche en cœur, sa peau douce, ses cheveux soyeux, son nez minuscule.
Cette merveille est née il y a à peine trois semaines. J’ai été conquise à la seconde où la sage-femme l’a posée contre ma poitrine. J’ai désiré cet enfant, je l’ai aimé lorsqu’il était dans mon ventre, et je continue à l’adorer considérablement.
Pourtant…

Pourtant, ma tristesse est un puits sans fond.
La faute à la chute d’hormones, il paraît. Il paraît aussi que le “baby blues” touche quasiment toutes les mères, a fortiori lorsqu’il s’agit du premier enfant. Mais les articles sur le sujet s’accordent à dire que cette déprime ne dure que quelques jours, voire quelques heures, et disparait aussi vite qu’elle est venue.
Depuis que je suis rentrée de la maternité, toutes mes journées sont ponctuées d’au moins une crise de larmes. Pas celles du bébé, les miennes.

Je me sens vide, je me sens seule, je me sens impuissante, je me sens moche. J’ai perdu le sourire, l’envie d’agir, de sortir, d’avoir des projets. La moindre critique me fait craquer. Je suis épuisée. Les paupières me brûlent, la poitrine aussi. Je suis incapable de redresser la barre, de me raisonner, de tenter de voir les choses sous un angle positif. J’ai l’impression d’être piégée. Il ne s’agit pas que d’une métaphore, je me trouve bien prise au piège des murs de notre appartement. Accrochée au canapé, prête à dégainer le sein aux premiers signes de faim de mon petit garçon.

Je n’ai pas d’autre perspective que ses rares et courtes plages de sommeil pour me permettre de manger, me doucher, faire un minimum de ménage. Si par bonheur j’ai du temps supplémentaire une fois tout cela accompli, je me retrouve face à moi-même, à mon vide intérieur.

Je ne sais comment le combler. J’ai l’impression que tout s’est effondré depuis que mon bébé est là. Ma joie de vivre. Mon ventre, aussi.
Ce petit être n’est en rien responsable, et je culpabilise à l’idée d’associer sa naissance à autant de mal-être.

C’est comme si sa venue mettait en lumière mes failles. Je n’avais déjà pas confiance en moi, mais la situation s’est empirée depuis que je me dois d’être responsable d’un enfant. J’étais pétrie de doutes, mais mon anxiété s’est décuplée. J’avais du mal à accepter mon corps, mais maintenant j’en ai honte. Je me posais beaucoup de questions sur mon avenir, mais aujourd’hui c’est la notion même d’avenir que je ne parviens plus à appréhender.

Je ne vis plus qu’au jour le jour. Quand je me lève le matin, j’ai hâte que la journée se termine. Je n’ai plus de plaisir en rien. Je mange n’importe quoi pour remplir le vide. Mon accouchement a détruit le fragile équilibre intérieur que j’avais bâti ces dernières années. Il a levé le voile qui cachait la béance de ma psyché.

Je n’ai rien vu venir, c’est une lame de fond qui m’a engouffrée par surprise. J’avais pourtant été si heureuse d’être enceinte… Je me sentais au bord d’une nouvelle vie pleine de promesses. Je ne pensais pas qu’à l’instant où mon fils naîtrait, je replongerai dans les abysses. L’expression “donner la vie” ne pourrait être plus juste, car c’est la mienne que j’ai l’impression d’avoir donné.

Heureusement je ne suis pas seule à me réveiller la nuit, à tenter de calmer les pleurs du bébé, à changer les couches, à donner le bain, à être aux aguets. Je ne suis pas seule à être exténuée. Je voue maintenant une admiration sans borne pour les mères célibataires, car j’aurais sombré dans une profonde dépression si je n’avais pas été accompagnée.

Mais le soutien logistique de ma moitié ne me permet pas de régler mes conflits intérieurs. Ni d’atténuer les conséquences des variations hormonales. Ni de soulager l’épuisement de l’allaitement. Ni de répondre à mes questions ou de lever mes doutes. Au contraire, je culpabilise d’autant plus d’être dans cet état face à lui.

J’essaye de lui cacher, de me contenir. Je ne veux pas qu’il se sente lui-même impuissant, qu’il ait l’impression d’avoir un fardeau à gérer. Je ne veux pas que mon spleen l’atteigne. Malgré cela je sais qu’il n’est pas dupe, les choses se ressentent sans que l’on ait besoin de mettre des mots dessus. Alors je me dis qu’il va nécessairement s’éloigner pour ne pas se laisser contaminer. Qu’il va moins m’aimer car il ne connaissait pas cette partie sombre de moi. Comment pourrait-on m’aimer avec cette mélancolie permanente ? Me désirer avec ce corps-là ?

Et puis je déteste le mois de novembre. En plus du deuil de ma vie d’avant, il faut que je fasse celui de la chaleur et de la lumière.

On me dit qu’il faut que je sorte. Que je m’évade de l’appartement. Je suis d’accord, j’ai besoin d’air. Mais que faire dehors, dans le froid, avec un bébé de moins de 3 semaines ? Une énième promenade dans le quartier pour respirer, en arpentant des rues résidentielles que je connais par cœur, et contemplant les arbres se dépouiller avec le vent ? Je suis tellement fragile en ce moment que la seule vue des feuilles mortes flottant sur le canal morne de Pantin me fait pleurer.

Il parait aussi que je dois travailler mon mental. Ne pas laisser les pensées négatives prendre le dessus. Mais quand la déprime me terrasse, les larmes ont besoin de couler, c’est plus fort que moi. Et quand elle disparait, elle me laisse une migraine qui m’assomme en souvenir.
J’ai hâte d’en sortir.

Dans cette grisaille opaque il y a tout de même quelques rayons de soleil qui transpercent les nuages. Les sourires esquissés de mon fils, le contact de sa peau contre la mienne, son odeur, ses grands yeux. La fierté. L’amour inconditionnel.

Ma grossesse a commencé par des nausées, elle se termine par le mal de mère. Que j’espère éphémère… “

Marie Colin, 34 ans.

Etre mère : L’étonnante ambivalence de la solitude…

Aujourd’hui je vais vous parler de solitude. Et de non-solitude. Des deux à la fois.

” Etre enceinte. Devenir deux.

Devenir mère, se séparer.

Et on se sent seules.

On est seules face à nos doutes, nos interrogations,

Seules face aux tâches à accomplir, au quotidien à gérer, aux choses à faire ne permanence,

Seules face à ses remords de ne pas avoir assuré, d’avoir crié, d’avoir craqué face à ses enfants,

Seules face à la vie, face à la société, face à tous ces gens qui n’ont pas l’air de nous soutenir…

Ce sentiment de solitude nous pèse. 

Ca nous écrase le coeur.

On regarde les autres autour de nous et on se dit que personne ne nous comprend…

 

 

Seules contre tous.

 

 

 

Seules sur la barque de la vie…

 

 

 

 

Mais d’un autre coté, ce qui est étonnamment contradictoire,

c’est que lorsqu’on est mères,

On n’est JAMAIS seules!

Le matin, les enfants dans les pattes, avec cette course à l’horloge pour ne pas arriver en retard à l’école et tout avoir fait en temps et en heure,

Puis au travail, entourées de collèges, d’autres personnes extérieures, ce brouhaha incessant, ce sentiment de ne jamais avoir une minute à soit,

Jamais seules,

Et puis le chrono du soir, où tout doit être fait en temps et en heure sous peine de créer le chao à la maison, et toujours le bruit.

Les enfants qui ont besoin de nous, qui s’installent sur nos genoux, pour le câlin du soir…

Jamais seules. 

Mais tellement seules.

 

 

 

Jamais seules. 

Même aux toilettes.

 

 

La solitude est notre meilleure ennemie.

La solitude, on la vit au quotidien, alors qu’on ne la ressent jamais vraiment.

 

J’aimerais éprouver ce sentiment de me retrouver seule, sans rien avoir à faire.

J’aimerais m’ennuyer, me sentir débarrassée de tout fardeau du quotidien.

Avoir le temps de penser à 100% à moi, seule.

 

La non-solitude.

Le sentiment de ne jamais pouvoir souffler VRAIMENT.

Le sentiment d’être toujours obligée de faire au lieu de simplement ETRE.

 

Etre mère,

JAMAIS SEULE

ET A LA FOIS TELLEMENT SEULE…

 

 

 

Etre mère, au quotidien, c’est aussi ce poids énorme sur nos épaules…

Travail –  Tâches ménagères –  Vie perso ? – Essayer d’être une bonne mère – Prise de rendez-vous, factures, inscriptions… – Courses et menus de la semaine

(Lire l’article)

 

Je pense que beaucoup de mamans se reconnaitrons dans ce texte.

Cette idée d’être à la fois vraiment seule et jamais seule.

Seule mentalement, mais pas physiquement…

Mais si nous sommes toutes un peu seules,

On peut dire que toutes ensembles, on ne l’es plus vraiment, non?!

 

Plein de courage à vous les mamans!

Et plein de courage à vous les papas! (Je parle souvent au féminin comme je raconte ce qui se passe dans ma tête, mais ce texte s’applique bien évidemment aussi aux hommes!)

 

(Je vous partage cet article car ce sentiment reviens souvent dans mes pensées, je me dis tellement de fois que je me sens seule, alors que je n’ai jamais de moment vraiment seule! Même étant épaulées et soutenues, on a parfois quand même cette impression de solitude/non-solitude cumulée…)

 

Capture d’écran 2017-04-27 à 21.27.39

Je fini quand même sur cette note d’amour entre soeur, qui me remonte mon moral à +10000!

Valérie

Vous reprendriez bien un peu de thé ?

Tout le monde le sait, le thé et le café sont à éviter durant la grossesse, de fait de la molécule excistante – théine et caféine – qu’ils contiennent, risquant de passer la barrière placentaire du bébé et d’augmenter son rythme cardiaque. De plus, la théine limite l’absorption de fer – essentiel pendant cette période, pour le transport de l’oxygène dans le sang, donc, l’oxygénation du bébé – il ne faut pas risquer l’anémie qui cause de lourdes fatigues pouvant être très frustrantes et contraignantes, voir s’avérer risqué pour sa santé (parole de vécu). Pour ma part, je m’autorise 1 café ou thé voir 2 max’ dans la journée, occasionnellement bien sûr. J’ai donc opté, chez moi, pour tout un tas de tisanes en tout genre…

 

Les avantages de la tisane lors de la grossesse :

  • Une façon agréable de s’hydrater.
  • Peut fournir divers nutriments nécessaires à l’organisme pendant la grossesse.
  • Bon substitut au thé, contrairement à ce dernier, ne contient pas d’excitant.
  • Peut aider à abaisser le niveaux d’anxiété et de stress tout en relaxant.
  • Peut soulager les nausées.
  • Peut aider à la préparation de l’utérus pour le travail et faire descendre le bébé.
  • Peut favoriser la montée de lait.

 

Les plantes bénéfiques lors de la grossesse :

  • Le Gingembre : facilite la digestion et soulage les problèmes d’estomac. Aide à réduire les nausées.
  • La Menthe Poivrée : aide à réduire les nausées. Attention, la menthe non poivrée peut provoquer des contraction !
  • Le Roiboos : très adapté à la grossesse; riche en antioxydants, calcium et magnésium, bon pour la digestion et soulage le reflux.
  • L’ortie : riche en fer, calcium et le magnésium, utiles pour les femmes enceintes.
  • Le Pissenlit : riche en potassium; a un effet diurétique doux mais efficace. Aide aux problèmes de rétention d’eau pendant la grossesse.
  • La Mélisse : Cette plante a un effet calmant. Elle aide à soulager l’irritabilité, l’insomnie et l’anxiété pendant la grossesse.

 

 

Les fruits bénéfiques lors de la grossesse :

  • Le bleuet : contient la plus forte activité antioxydante. La pigmentation bleue de la peau du bleuet renferme une concentration très élevée d’anthocyanes, des pigments qui ont la capacité de détruire les radicaux libres dans le corps (qui, en grande quantité, sont responsables de plusieurs maladies comme le cancer.) Contient aussi de puissants composés anti-inflammatoires. Effets laxatifs si consommation en grande quantité.
  • Le citron : combat les nausées et la rétention d’eau, l’acné, les jambes lourdes et les brulures d’estomac !

 

Les tisanes spéciales grossesse : 

Attention, très efficace !

  • La tisane de framboisier : à ne prendre qu’à partir de la dernière semaine du 7e mois de grossesse, aide à faire descendre le bébé dans l’utérus.
  • La tisane galactogène : aide à la montée et à la production de lait durant l’allaitement.

 

Quelques plantes à éviter durant la grossesse :

  • La Sauge : contient de la thuyone qui peut provoquer de l’hypertension artérielle.
  • Le Persil : peut affecter le développement du bébé et augmente le risque de fausse couche.
  • La Menthe : peut provoquer des contractions.
  • La Camomille : peut provoquer des contractions.
  • La Réglisse : peut causer de l’hypertension.
  • D’autres plantes à éviter, généralement avec des noms exotiques : la Guarana, la Noix de Kola, le Bétel, la Théobromine, le Citrus aurantium, la Yohimbine, le Garcinia, l’Hydraste du Canada, le noyer noir, la Cascara Sagrada, le Saw Palmetto, l’absinthe, la Tanaisie, le Séné, et le Pau d’arco.

 

Quelques-unes de mes tisanes préférées en cette période :

Les box mom to be

Avant d’être enceinte j’étais inscrite à plusieurs box; d’abord My Little Box – j’aimais leur sélection de produits avec toujours une designer à connaitre et un thème pour chaque mois, le petit plus pour moi étant qu’elle n’était pas limitée aux produits de beauté mais que la mode et la maison y étaient aussi abordés – ensuite la Gambette Box, toujours de My Little Paris – auquelle je me réabonnerai volontiers quand je ne serai plus enceinte – eh oui, puisque les collants “normaux” en ce moment me serrent un peu le bidou – pour sa superbe sélection de 2 paires de collants très féminins, dans l’air du temps et, robustes, tous les mois (avec petit plus l’été, un bikini à la place si désiré), puis Birchbox  dont j’avais entendu de beaux échos et, en effet, je ‘ai pas été déçue (simplement, après quelques mois, ma salle de bain est devenue une vraie boutique beauté et j’ai dû à contre coeur mettre en pause l’abonnement, aujourd’hui encore il me reste pas mal de produits beauté à terminer).

Alors, me direz-vous, pourquoi les avoir stoppé en période de grossesse ? Parce qu’on ne se permet pas toujours de poser n’importe quel produit sur sa peau, enceinte. Le bébé absorbant tout ! Les huiles essentielles sont en général proscrites car trop fortes, les perturbateurs endocriniens présents dans les crèmes apparaissent soudain alors qu’on n’y a jamais prêté attention auparavant, puis surtout, je rêvais d’une box plus adaptée. Quand on est en période gestationnelle comme ça, on vit bébé : on prépare au mieux l’arrivée de bébé, on achète pour bébé, on mange pour bébé… J’ai donc, en 2 grossesses consécutives, pu testé plusieurs box donc je vous fais le topo ci dessous.

 

Je me suis d'abord inscrite à la Cocoon Box :

Les plus : elle est vraiment ciblée et axée sur la période de grossesse (1er, 2e ou 3e trimestre) pour s’adapter au mieux aux besoins et conseils pour la future maman et, elle suit bébé par la suite (tous les 3 mois) donc on ne se retrouve pas frustrée de devoir l’arrêter par obligation. Toujours accompagnée d’un petit livret explicatif gorgé de conseils correspondant à la période donnée, qui, dans mes souvenirs, m’ont été forts utiles !

Les moins : je n’ai pas trop aimé leur sélection de produit. Surtout leur design (pas très jolis à mon goût). On sent qu’ils ont fait des efforts sur les couleurs car ce n’est pas genré (pas de rose bonbon ou bleu pastel) comme le marketing le ‘suggère’ mais malheureusement cela tourne plutôt au vert caca d’oie ou au orange, des couleurs dont je ne suis pas très fan…

Je m’étais inscrite pour 2 trimestres (le 2e et le 3e) et je n’ai donc pas poursuivi l’expérience. Enfin, le prix des box assez élevé est un facteur de frein (55€ l’unité) mais tarif bien heureusement dégressif selon la durée choisie de l’abonnement.

 

J'ai forcément été séduite par le Coffret Mum Kid que propose My Little Box :

Pour le coup, j’ai été ravie de son design et des différents produits qu’on trouve à l’intérieur !

Les plus : la boite est réutilisable et peut servir de boite à bijoux. Chez nous, elle trône sur l’étagère de Lou au dessus de la table à langer et contient toutes ses barrettes, ses petits bijoux de bébé… Elle offre  autant de produits pour maman que pour bébé ! Tous les produits m’ont servis ! Le prix ne m’a pas semblé exorbitant.

Les moins : ce sont des produits déjà connus, pas vraiment de découverte à ce niveau là.

 

Puis, logique l'édition limitée de l'année dernière Maman Bébé de chez Birchbox :

Les plus : une jolie valisette bébé vert d’eau (que vous pouvez voir sur la photo, en dessous du coffret cartonné  Mum Kid) qui peut servir de malle à souvenirs, mini coffre à jouet ou boite de rangement en tout genre (la notre contient des lingettes bébés lol), un maxi lange hyper pratique de chez la meilleure marque pour lange jamais égalée Aden + Anaïs, un body bébé et n t-shirt maman assorti, très confort de chez Petit Bateau. Enfin, tout comme chez Ma Première Box, une jolie petite carte affichette que j’ai accroché au mur dans la chambre de Lou (celle avec maman et bébé ours).

Les moins : peu de produits et surtout, ils se sont trompés de taille pour mon t-shirt, bien trop petit pour moi donc dégoutée :/

 

J'ai commandé une box pour la naissance de mon bébé à venir; Ma Première Box :

A la maternité elle était couverte de la petite couverture rose toute douce en coton et laine (par dessus la gigoteuse) et, de son doudou Irène à proximité.

Les plus : ce sont des accessoires du quotidien que nous utilisons toujours, que ce soit pour le dodo, les balades ou les repas avec le lange… On peut choisir la taille de sa box en fonction de son budget et de ses besoins et, les box sont même personnalisables ! Plusieurs choix de doudous, de couleurs, broderie possible… Petits plus fun et déco’ : des petits goodies très mignons glissés à l’intérieur !

Les moins : on a envie de tous les acheter ! Les doudous sont tellement chou, les couvertures tellement mignonnes, qu’on aurait envie de collectionner tout ça et d’avoir un modèle de chaque haha ! Difficile de s’arrêter 😉

 

Voici pour les 4 box que je me suis offertes lors de ma première grossesse !

 

Cette année je me suis fait plaisir avec d'abord le coffret cadeau bébé Pom' de reinette :

Car il est tout d’abord axé sur bébé, ayant déjà une fille, cela me semblait une évidence de penser d’abord à elle ! Mais elle existe aussi en version “Future Maman” pour celles qui ne le sont pas encore ! J’ai choisi la box du mois (Avril) pour tester.

Les plus : une belle sélection de produits avec un spécialement personnalisé à l’intérieur (pour nous ce fut un très joli bavoir fait main et brodé au nom de ma puce), un bon pour une séance de photo nouveau né (parfaite pour mon prochain accouchement), du chocolat pour les parents (pour Pacques), une nouveauté que je ne connaissais pas (les céréales Good goût à la fraise), un bon pour les petits pots maison Comme des Papas, etc… Avec un prix abordable de 40€. Bref, une belle surprise !

Les moins :  Je n’ai cependant pas eu envie de m’abonner mensuellement, il manquait donc un petit quelque chose que je ne saurai expliquer.

 

 

L'Edition Limité de Birchbox, Graine de bonheur :

Qui, forcément, va nous rappeler celle de l’année dernière, car elle est aussi axée maman & bébé, avec des produits de soins et de beauté tous mignons. Pour le coup, tout me sert donc j’en suis ravie (et même la boite, pour y ranger les couches de baby Lou) !

Les plus : Des marques qu’on adore comme la petite peluche mascotte de Tartine et Chocolat avec la possibilité de choisir la couleur (éléphant rose, bleu ou mouton blanc : pour ma part j’ai choisi le mouton que je trouve trop craquant), ou encore le biberon Mam avec la tétine plate à effet peau, la seule que ma fille a accepté après achats de multitudes de tétines dans le commerce (et qui est accepté par 98% des bébés. Pour le coup, tous les bébés que je connaisse l’aiment), le bavoir bandana de chez Poudre Organic – marque de coton bio exceptionnelle qu’on ne présente plus – et un joli petit carnet de naissance de chez Plumeti, une boutique en ligne pour bébé, dont je suis fidèle, que je vous recommande ! Des produits sains de pharmacie (Uriage, Topicrem…)… Bonus : un bon de chez Lalalab pour recevoir 10 magnets photos personnalisés &  10% de reduc’ chez En Culotte Courte !

Les moins : on en voudrait plus encore !

Pour cajoler bébé & pour gâter maman, personne n’est oublié !

 

Enfin, une box rien que pour moi à la maternité, la Precious Bundle de chez Francis Henry :

J’ai choisi la version édition limitée en collab’ avec Eve & Rose, la marque de soins pour future maman.

Les plus : Spécialement conçue pour le séjour de quelques jours à la maternité, avec la fameuse robe de chambre obligatoire, des matières légères et délicates, facilement enfilable, comme la robe t-shirt, un bandeau pour éviter d’avoir les cheveux dans les yeux quand on allaite par exemple (surtout qu’après ce marathon, la dernière chose que l’on a envie de faire est de se coiffer). La petite huile – très agréable au toucher et qui ne colle pas – anti-vergetures de chez Eve & Rose que j’utilise quotidiennement. Puis, un petit lange tout mignon pour bébé ! Vraiment complète pour le coup !

Les moins : son prix de 209€ (aie) qui fait bien mal.

 

On peut dire que je me suis bien fait plaisir !

N’hésitez pas à partager vos ressentis si vous avez pu tester ces box, ou en proposer d’autres que vous avez aimé !

Fondant aux pommes caramélisées sans farine

Pour 4 personnes
Temps de préparation : 30 minutes / Temps de cuisson : 2 h 15 / Au frais : 3h / Total : 5 h 45 minutes

En ce moment, une grosse envie de faire des gâteau m’envahit; les vacances scolaires sont terminées, Lou est retournée en crèche, nous avons trouvé un appart’ dans lequel déménagé, j’ai fait ma passation au boulot et, je suis en congé. Je peux enfin me reposer et m’adonner à mes petits plaisirs du moments ! Quel soulagement !

Aujourd’hui, j’avais envie de quelque chose de sucré, chaleureux, réconfortant et fruité. Quoi de mieux qu’un bon fondant aux pommes caramélisées ? A défaut de pouvoir partir en week-end en Normandie, je l’ai fait venir dans mon assiette !

 

Ingrédients :

3 kg de pommes différentes (un mélange de pommes fondantes et fermes; ici j’ai pris des pommes jaunes, Joua, Golden et, des bicolores Dalinette)

125 g de beurre doux

100 g de sucre + 4 c. à soupe

5 oeufs

IMG_2461

 

Préchauffer votre four à 180°

Pelez et épépinez les pommes, puis coupez les en quartier avant de les faire cuire en compote avec les 100 grammes de sucre dans une casserole.

Hors du feu, incorporez le beurre ramolli et les oeufs, un à un.

Préparez ensuite un caramel dans une petite casserole (les minis casseroles en cuivres sont géniales pour ça) : 4 c. à soupes de sucre avec 2 c. à soupe d’eau, chauffer puis dès que cela commence à se mettre en ébullition (attention, moment décisif) tournez vite avec une spatule en bois, pour éviter que le caramel ne brule.

Versez le caramel bien doré dans votre moule à gâteau (bien beurrer au préalable pour éviter que le caramel ne reste collé au moule) et laissez durcir.

Versez ensuite la compote tiédie et enfournez 1h à 180° puis 45min à 150°.

A la sortie du four, laissez le fondant refroidir dans le moule avant de le placer 3h au frigo.

Démoulez 20min avant de servir. Vous pouvez le réchauffer au préalable, moi, je le préfère chaud !

IMG_2459

Le riz au lait facile et crémeux

Pour 4 personnes
Temps de préparation : 5 minutes / Temps de cuisson : 1 h / Total : 1 h 05 minutes

En me baladant sur Instagram, je tombe sur cette photo de riz au lait d’amande qui me donne tout de suite envie d’en préparer un (sans amandes car pas très fan) :

 

Ni une ni deux, je sors les ingrédients et hop, je commence.

Ingrédients :

1L de lait entier (contient de la vitamine D, parfait !)

100g de sucre

2 gousses de vanille (pour ma part j’ai pris de la vanille de Madagascar mais la meilleure et la plus parfumée est bien la Vanille Bourbon, de la Réunion)

IMG_2421

Placez la casserole sur feu moyen et versez-y le lait.

Ajoutez ensuite le riz et le sucre et mélangez.

Ouvrez les gousses de vanille à l’aide d’un couteau fin et aiguisé (style couteau en céramique) : incisez sur toute la longueur, séparez, puis, récoltez à l’aide de votre couteau les graines de vanille. Plongez les graines ET la gousse (très important c’est ce qui parfume) dans la casserole.

Dès que le lait arrive à ébullition, baissez le feu au minimum.

Laissez mijoter une petite heure et … c’est prêt !

 

N’hésitez pas à partager les photos de vos réalisations !